• Clara

Besoin de validation

Merci à vous qui me montrez et dites que mon travail contribue pour vous. C’est vraiment important. (Et merci à moi d’avoir écrit tous les jours aussi, parce que ce n’est pas facile)


Ça me donne en vie de parler de besoin de validation aujourd’hui !


En commençant par ça : croire qu’on a pas besoin de validation extérieure est une erreur. C’est un mensonge que l’on se raconte. C’est une idée qui fait du mal.

Tous ces discours autour du fait qu’on ne devrait pas avoir besoin de validation extérieure parce que ça vient de l’intérieur, qu’on devrait s’en foutre de ce que les autres pensent et faire notre truc, c’est faux.


Et si on commence par le début, PERSONNE ne se fout de ce que les autres pensent. Et PERSONNE ne peut se passer de validation extérieure. Prétendre le contraire ne fait que renforcer à quel point on ne s’en fout pas et à quel point on en a besoin.


Par contre, et c’est là qu’il y a une part de vérité dans ces idées. C’est que même si le regard des autres compte, ça ne peut pas nous empêcher de faire nos trucs, parce qu’on ne peut pas attendre d’en avoir rien à faire avant de se lancer. Ça n’arrivera pas.


Et si la validation extérieure est nécessaire, elle ne peut pas venir que de l’extérieur. Généralement, faire nos trucs sous le regard des autres demande une dose assez importante de validation interne. Ceci dit, on ne peut pas attendre de se valider complètement et sur tout avant de se montrer. Ça n’arrivera pas non plus.


Je vois bien que c’est plus facile pour moi de recevoir la validation des autres (ou l’invalidation parce que ça arrive aussi !), quand je me suis déjà validée moi-même.

Vous croyez vraiment que je j’écrirais tous les jours si une partie de moi n’était pas consciente que ça contribue, pour moi ET pour les autres ? Honnêtement, je ne suis pas sûre.


Le fait de recevoir vos messages ou vos commentaires me montre que ça contribue vraiment. Et ça me donne envie de contribuer plus et mieux.

Les likes, les commentaires, les messages, s’ils peuvent être un puits sans fin où l’on cherche notre valeur quand on ne la connaît pas pour nous même, peuvent aussi être une mesure (parmi d’autres) de la valeur de notre travail pour les autres.


Rappel : la valeur que quelqu'un donne à votre travail ne change rien à la valeur que vous décidez de lui donner. — Et n’a rien à voir non plus avec votre valeur en tant que personne. — Seulement, je crois que là où les deux se rencontrent, des collaborations peuvent naître, et ça, c’est chouette.


Mon mot de la fin serait : Ne vous retenez pas de partager aux autres, proches et moins proches, comme leurs actions contribuent pour vous, et comment. Parce que ça contribue à leur besoin de reconnaissance, d’être vu. e. s dans ce qu’ils offrent d’eux-mêmes. Ça peut les aider à se sentir valorisés pour que peut-être ils puissent se valoriser eux-mêmes s’ils ont du mal. Ça peut les aider à continuer à offrir qui ils sont au regard des autres, même si c’est effrayant.


On a tous envie de savoir que ce que nous avons à offrir est précieux. Et on a aussi envie de savoir comment offrir d’une façon qui peut vraiment contribuer.

Londres, Royaume-Uni

  • iconfinder_media_network_social_internet
  • iconfinder_media_network_social_internet

©2019 by A Trip Around The Words.