• Clara

Tes cicatrices

Dans la continuité de l’article et de l’atelier d’hier, j’avais envie de vous partager de la musique. J’aime beaucoup amener la musique dans mon travail (et partout en vrai !), je trouve que ça illustre très bien ce que j’écris !


J’avais envie de vous montrer, ou de vous faire écouter plutôt, ces deux vidéos pour illustrer deux choses.

1) On n’a pas toujours été ce qu’on est aujourd’hui. Et donc, les autres non plus. C’est facile de voir où j’en suis vocalement aujourd’hui par exemple, et de penser que j’ai toujours eu cette voix et cette façon de chanter #tmtc #so2000. C’est facile pour moi de penser que les personnes qui m’inspirent ont toujours été ce qu’elles sont aujourd’hui. Je veux dire, en théorie, on le sait tous, n’est-ce pas ? En pratique, ça se voit rarement. Ou alors, je ne cherche pas assez ?


2) Et quand on avance, on a tendance à oublier le point de départ, et se concentrer sur l’arrivée. C’est cool, mais ce point de départ est très riche. Et croyez-moi, le « gloups » quand je revois les points de départ divers et variés de ma vie, je l’ai aussi. Mais pourquoi on devrait considérer ce qui est moins bien qu’aujourd’hui comme un truc un peu honteux, comme « les dossiers » ? F*ck that!


Si on veut pouvoir accepter d’en être ici aujourd’hui, je trouve que pouvoir accepter où on en était avant, c’est un bon début. Un peu de tendresse envers nous-mêmes, bon sang. Moi, ça me soûle de me trouver nulle tout le temps, pas vous ? Voilà pourquoi je vous montre ces vidéos, j’ai décidé qu’elles n’étaient pas nulles, j’ai décidé qu’elles avaient une utilité et qu’elles étaient belles pour ce qu’elles montrent de moi. Pas de la perfection, ni avant, ni maintenant. Pas des changements dont vous ne croirez pas vos yeux ! #produitmiracle Juste une personne qui doucement, avec patience #jauraisjamaiscruecrireçademoi #commequoi devient un peu plus elle-même.


Et j’ai perdu patience parfois, j’ai galéré beaucoup, j’ai même arrêté, parce que c’était trop dur, parce que j’étais trop dure avec moi, parce que l’environnement était trop dur. Mais retourner un peu sur mes pas en décidant de me regarder avec amour #travailtravailtravail #loveisnotforthefaintofheart #letmetellyou m’aide à célébrer d’autant plus intensément où j’en suis aujourd’hui. Cicatrices and all.


Tout ce qui a demandé de nous est beau, nos envies, nos erreurs, les dessins moches qu’on à fait il y dix ans et qu’on a mis au placard parce que c’était pas assez bien, pour nous et pour les autres. On a besoin de temps. On est assez bien, toujours, avant, maintenant. Cicatrices and all. « Jamais cicatrices ne furent plus belles. »


PS: J'ai passé des mois sur la première vidéo et 30 minutes sur la deuxième! Ça compte. ;)






Londres, Royaume-Uni

  • iconfinder_media_network_social_internet
  • iconfinder_media_network_social_internet

©2019 by A Trip Around The Words.